Denrée insaisissable : Documentation de la douleur que les communautés de Goma, en RD Congo traversent pour rendre de l’eau à la maison

Par Guerchom Ndebo

  • Seulement 42 pour cent des 81 millions d’habitants du pays ont accès à l’eau potable, la plupart d’entre eux vivant dans des centres urbains, tels que la capitale Kishansha et la ville de Goma.
  • Dans ce reportage photo, Guerchom Ndebo documente les malheurs auxquels sont confrontés les habitants des villages entourant le volcan, y compris les banlieues de la ville de Goma, alors qu’ils luttent pour apporter de l’eau à la maison pour la consommation, l’assainissement et les services d’hygiène.

Tout comme ce qui s’est passé en 2002, lorsque le mont Nyiragongo dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo (RDC) est à nouveau entré en éruption en mai 2021, des centaines de milliers d’habitants de la ville de Goma se sont retrouvés sans eau potable, selon l’agence médicale internationale Médecins. Sans Frontières (MSF).

La larve de l’éruption du 22 mai a détruit 17 villages, tué au moins 32 personnes et laissé près d’un demi-million de personnes sans abri. En outre, il a fait fondre leurs conduites d’eau et endommagé un réservoir de 5 000 m pour la partie nord de la ville.

Sans accès à l’eau, les communautés affectées risquaient de contracter des maladies d’origine hydrique.

« Plus d’eau potable devrait être fournie d’urgence ; Le choléra est endémique dans la région et constitue une énorme menace pour les populations, y compris pour les communautés d’accueil », a déclaré Magali Roudaut, chef de mission MSF en RDC, quelques jours après l’éruption.

Certains habitants de Goma ont fui leurs maisons la nuit de l’éruption du volcan Nyiragongo. L’éruption a tué au moins 32 personnes et laissé près d’un demi-million de personnes sans abri.

Comme mesure d’atténuation, les communautés affectées ont eu recours à l’eau des lacs, ruisseaux, étangs et eaux de pluie locaux, tout comme les habitants du centre-ville de Goma le font pendant très longtemps.

Malheureusement, ces sources d’eau ont été contaminées par la toxicité aéroportée du volcan Nyiragongo. Cela provoque non seulement des maladies d’origine hydrique, mais aussi des infections respiratoires aiguës.

Initialement, les systèmes d’approvisionnement en eau de Goma ont été endommagés en 2002 par l’éruption du Nyiragongo, qui a déversé des rivières de lave dans la ville, enterrant des quartiers entiers. Puis, avec l’éruption du 22 mai 2021, plus de 60% de la population au pied du volcan s’est retrouvée sans eau.

La République démocratique du Congo (RDC), le plus grand pays d’Afrique subsaharienne, presque équivalent à l’Europe occidentale, est dotée de près de la moitié des ressources en eau de l’Afrique selon l’agence des Nations Unies pour l’environnement PNUE.

Malheureusement, seulement 42 pour cent des 81 millions d’habitants du pays ont accès à l’eau potable, la plupart d’entre eux vivant dans des centres urbains, tels que la capitale Kishansha et la ville de Goma.

Dans la province du Nord-Kivu, où se trouve la ville de Goma, 68 pour cent des ménages utilisent des sources d’eau potable améliorées. Cependant, 32 pour cent dépendent encore de sources dangereuses, y compris les eaux de surface et les sources non protégées.

Dans ce reportage photo, Guerchom Ndebo documente les malheurs auxquels sont confrontés les habitants des villages entourant le volcan, y compris les banlieues de la ville de Goma, alors qu’ils luttent pour apporter de l’eau à la maison pour la consommation, l’assainissement et les services d’hygiène.

Jerricans de différentes tailles prêts à être remplis d’eau au bord du Lac Vert, à l’ouest de la ville de Goma en RD Congo. Dans le bassin du Nil, la plupart des gens dépendent des eaux souterraines et des pluies irrégulières comme source d’eau. Avec le temps, les communautés ont adapté divers outils de collecte et de stockage de l’eau.

BBahati et son enfant se tiennent dans le cimetière avec des jerricans en route pour aller chercher de l’eau à Rusayo, au nord de la ville de Goma. Bahati dit qu’il n’a jamais été facile d’apporter de l’eau potable à la maison ; ils utilisent des jerricans, des pots et d’autres ustensiles.

« Mais nous faisons de notre mieux pour survivre. Nous apprenons aux enfants à aller chercher de l’eau comme on nous l’a appris », raconte Bahati.

Une personne fait couler un jerrican dans le lac Vert, à l’ouest de la ville de Goma en RD du Congo pour puiser de l’eau. Par rapport aux autres pays du bassin du Nil, la RD Congo dispose de ressources en eaux souterraines considérables. Il repose sur l’aquifère artésien hydrogéologique du Congo.

Un jeune garçon lave des vêtements au Lac Vert, dans la ville de Goma, en RD Congo. La qualité de l’eau des rivières, des lacs, des sources et des puits en RD du Congo est influencée par de nombreux facteurs naturels et humains, notamment les personnes qui se baignent et se lavent directement à partir de ces plans d’eau.

Le reflet d’un jeune plongeant un jerrican dans le lac Vert, à l’ouest de la ville de Goma en RD Congo, pour aller chercher de l’eau.

Dans le district de Mugunga, à l’ouest de Goma, des enfants gravissent une colline en portant des jerricans pleins d’eau sur le dos. En raison du manque d’eau courante, la plupart des habitants de la RD Congo sont confrontés à des difficultés pour aller chercher de l’eau dans des rivières, des lacs, des ruisseaux ou des puits peu profonds éloignés. Cela fait perdre du temps et met la vie des enfants et des femmes chargées de remplir ce rôle en danger face aux agresseurs qui les harcèlent.

De loin : Une femme (première à gauche) portant un jerrican plein d’eau attaché à son dos traverse des roches volcaniques. Ramener l’eau des puits, des rivières et des lacs à la maison est l’un des défis auxquels les femmes et les enfants sont confrontés en RD Congo. Parfois, cela leur casse le dos et le cou.

A woman in Munigi , Goma, DUne femme à Munigi, Goma, RD Congo regarde les jerricans verrouillés sur un Chukudu – un véhicule artisanal à deux roues pour un transport facile. Dans la plupart des pays africains, aller chercher de l’eau est une tâche pour les femmes et les enfants.

Des jeunes vont chercher de l’eau dans le lac Kivu en RD Congo. Le lac Kivu est une source d’eau domestique pour des centaines de milliers de personnes vivant à proximité.

Des hommes transportent des bidons d’eau sur des motos pour se rendre chez eux sur les rives du lac Kivu. En RD du Congo, l’eau des lacs et des rivières est largement utilisée à des fins domestiques.

Un jeune de Goma, en RD Congo, dépose un jerrican plein d’eau chez lui, après avoir marché près de deux kilomètres depuis le puits peu profond où il l’a récupéré.

Une dame est assise à côté de jerricans pleins d’eau dans sa maison au nord de la ville de Goma, en RD Congo. Malgré l’abondance des eaux de surface à Goma, en RD Congo, l’eau potable est rare dans les maisons.

Une femme va chercher de l’eau dans un réservoir fait maison qui l’aide à conserver l’eau à usage domestique à Rusayo, au nord de Goma.

Une vue plongeante sur l’eau dans un réservoir de stockage fait maison à Rusayo, au nord de la ville de Goma. L’eau apparemment sale est utilisée à des fins domestiques et potables.

 Eau récupérée et stockée dans des bassins et des casseroles à Rusayo, au nord de la ville de Goma. Malheureusement, la plupart des habitants de Goma manquent les équipements de stockage d’eau. Cela met leur eau farfelue à risque de contamination.

Le réservoir d’eau au nord de la ville de Goma qui a été recouvert par la lave du volcan Nyiragongo en mai 2021. Malheureusement, cela a laissé plus de 60% de la population au pied du volcan sans eau. Avant l’éruption, le réservoir alimentait en eau près de 60 % de la ville de Goma.

A reservoir that the water authority covered by the lava of the Nyiragongo volcano in the north of the city of Goma, the reservoir supplies nearly 60% of the population of the city of Goma.

Une femme sème des graines dans son jardin au pied du volcan Nyiragongo. Les volcans sont accrédités pour la formation de sols fertiles. Combiné aux pluies abondantes dans la région, cela peut se traduire par des rendements agricoles élevés. En RD du Congo, les agriculteurs de subsistance dépendent de l’agriculture pluviale et des ressources en eau de surface pour leur subsistance.

“Nos corps se sont maintenant habitués à l’eau sale. Nous n’avons pas le choix. Nous faisons de notre mieux pour survivre”, raconte Nyandu Kifaka, 75 ans, assis sur un jerrycan vide dans sa concession à Rusayo, au nord de la ville de Goma. La majorité des personnes vivant dans les villages entourant le volcan n’ont pas accès à l’eau potable. Ils dépendent de l’eau de pluie.

Fifaka dit qu’ils n’ont pas d’autre choix que d’utiliser l’eau sale disponible.

Sifa, 22 ans, observe le lac. Elle passe des journées à laver ses vêtements au Lac Vert à cause du manque d’eau chez elle. Dans plusieurs communautés en RD Congo, l’eau de la plupart des plans d’eau est impropre à la consommation sous sa forme brute. Dans ces sociétés, l’assainissement de l’environnement est médiocre, ce qui entraîne une contamination et un enrichissement en nutriments des sources d’eau.

Le manque d’eau courante dans les maisons oblige les gens à se laver directement dans des sources d’eau ; comme le raconte Sifa, “nous n’avons pas d’eau, c’est pourquoi je suis venu ici pour laver mes vêtements et ceux de ma famille. Je suis ici depuis le matin. Je rentrerai à 15 heures après avoir tout terminé.”

Cette histoire EverydayNile a été soutenue par InfoNile avec un financement du Partenariat mondial IHE-Delft pour l’eau et le développement.