Le premier pétrole Ougandais : Quels sont les enjeux ?

Par Megan S. Lee et Cliff Abenaitwe

  • La multinationale pétrolière française Total, ses partenaires investisseurs et les gouvernements ougandais et tanzanien finaliseront bientôt leur décision sur le projet de développement du lac Albert, le premier développement pétrolier en Ouganda
  • Les effets des marées noires potentielles et le développement des infrastructures entraîneraient des dommages irréversibles dans la région écologiquement sensible de l’Albertine, qui représente 30% des stocks de poissons de l’Ouganda
  • Les communautés qui ont été réinstallées et d’autres prévoyant un déplacement expriment des doléances concernant les bouleversements de leurs moyens de subsistance, tels que des compensations retardées et inadéquates.
  • Le responsable des relations publiques de Total E&P Ouganda affirme que le projet créera environ 13 000 emplois directs, 150 000 emplois indirects, de nouvelles infrastructures et de nombreux avantages économiques.
  • La société civile en France et en Ouganda tente de renégocier les termes du projet par des moyens légaux au nom des communautés qui manquent de ressources pour se présenter au tribunal

Sous les terres du graben Albertine, à la frontière de l’Ouganda et de la République démocratique du Congo (RDC), il y a environ 6,5 milliards de barils de pétrole, dont 1,4 milliard sont considérés comme récupérables. Le lac Albert est la pièce maîtresse du graben Albertine. C’est le deuxième plus grand lac d’Ouganda, une source de revenus pour des milliers de pêcheurs en Ouganda et dans la RDC voisine. Le lac fait partie du Nil, une source d’eau cruciale pour des millions de personnes en Afrique de l’Est et du Nord-Est.

La multinationale française Total, l’une des sept sociétés pétrolières « Supermajor » dans le monde, prend des mesures en vue de la décision finale d’investissement pour le projet de développement du lac Albert, qui comprend les projets Tilenga, EACOP et Kingfisher, situé dans la région d’Albertine. La décision finale d’investissement est un point dans tout projet d’infrastructure où les entreprises, les investisseurs et les gouvernements sanctionnent le feu vert d’un projet.

Le 11 septembre 2020, le gouvernement ougandais et Total ont signé l’accord du gouvernement hôte pour l’EACOP, ce qui représente une avancée significative vers la décision finale d’investissement. Ce qui reste, c’est la finalisation du pacte d’actionnaires, de l’accord sur les transports et les tarifs, des offres pour les plans d’infrastructure, l’acquisition de terrains et la réinstallation des communautés, selon Anita Kayongo, responsable des communications d’entreprise de Total E&P Ouganda.

La société civile et les membres de la communauté contestent l’exploitation pétrolière avec des allégations de violations des droits de l’homme et de préoccupations environnementales. Le projet contesté marquerait la première production de pétrole de l’Ouganda, dont le gouvernement prévoit le début en 2022.

Depuis que le pétrole a été découvert pour la première fois par une société australienne en 2006, les habitants de Hoima et du district de Buliisa ont anticipé un afflux de richesses provenant de l’exploitation de leurs terres natales.

Cependant, les négociations qui se déroulent entre le gouvernement et les entreprises ont négligé l’enjeu des communautés locales dans les domaines où les projets doivent être construits : leurs moyens de subsistance. Au fil des années, les habitants sont passés d’espoir à indignés. Les risques environnementaux et leurs effets potentiels sur les communautés sont quelques-uns des nombreux problèmes qui compliquent le début du premier développement pétrolier en Ouganda.

Potentiel de déversements d’hydrocarbures

Le 29 mars 2020, une éruption s’est produite sur un site d’exploration géothermique dans le village de Kibiro du district de Hoima. Les résidents craignaient qu’il ne s’agisse d’un déversement d’hydrocarbures, l’un des pires accidents pouvant survenir dans les zones riches en pétrole.

L’incident a déclenché une discussion sur la question de savoir si l’Ouganda est suffisamment préparé pour gérer les déversements d’hydrocarbures auxquels il pourrait être confronté avec l’exploitation pétrolière à venir. Le site d’exploration géothermique de Kibiro, tout comme les gisements de pétrole de l’Ouganda, est situé dans le graben Albertine le long des rives du lac Albert.

Dans un communiqué de presse plus de deux semaines après l’incident, le ministère de l’Énergie et du Développement des minéraux, l’un des organes gouvernementaux ougandais, minimise la possibilité que cet incident soit un déversement d’hydrocarbures en se basant sur la composition du rejet, cité principalement comme du sable, de l’eau, et l’argile.

“Alors que ce qui s’est passé à Kibiro est presque similaire à ce qui se passe lors d’un incident de déversement d’hydrocarbures, il peut être erroné de qualifier cet incident de marée noire”, précise le secrétaire Robert Kasande dans le communiqué de presse.

Un groupe de travail interministériel enquêtant sur l’incident, cependant, a observé que les roseaux d’eau le long du lac contenaient des dépôts noirs ressemblant à du pétrole brut qui s’étalaient sur des kilomètres.

Le ministère de l’Énergie et du Développement minier nie les dommages causés par l’incident, affirmant que bien que du pétrole ait été trouvé à l’état de traces, des espèces aquatiques ont survécu sur le rivage, ce qui a rendu l’incident bénin. Le ministère a promis d’arrêter temporairement les activités de forage de trous à gradient de température jusqu’à ce qu’une étude d’impact environnemental et social complète soit réalisée.

Communautés liées au lac

William Bamuturaki, président du village de Kiyere, district de Buliisa, vit près du lac Albert depuis 58 ans. Il décrit le lac Albert comme la bouée de sauvetage pour ceux de Buliisa et Hoima, ainsi que du côté de la RDC.

« Ce lac est notre vie. C’est notre source de nourriture et nous soutient depuis des décennies », a-t-il déclaré à InfoNile, ajoutant que la nouvelle de l’explosion de Kibiro avait atteint toute la région.

Photo : William Bamuturaki est résident et président de la villa de Kiyere, District de Buliisa

Avant l’explosion de Kibiro, les habitants de Buliisa étaient déjà préoccupés par les activités pétrolières autour du lac Albert. Les résidents disent que les populations de poissons ont diminué, ce qui est rare pendant la saison des pluies actuelle.

« Nous savons depuis des années que pendant la saison des pluies, les inondations sont liées à l’abondance de poissons. Cela a cependant changé. La prise est trop pauvre ces jours-ci. »

William Bamuturaki

Les données historiques montrent qu’avant les années 1990, les plus grandes espèces de poissons dominaient dans le lac Albert. Entre 2010 et 2015, les poissons ramenés à terre par bateau ont diminué de près de 30 pour cent. Les principales raisons de ce déclin sont la croissance de la population de pêcheurs, le matériel de pêche illégal, la faiblesse de l’application de la loi, la demande croissante, un meilleur accès aux marchés nationaux et congolais et un accès illimité au poisson.

Une fois les activités pétrolières commencées, les menaces telles que les déversements d’hydrocarbures et la construction deviendront des facteurs contribuant au déclin de la biodiversité de l’écosystème du lac. Les effets potentiels d’un déversement d’hydrocarbures sur les écosystèmes aquatiques sont désastreux. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration des États-Unis, les poissons peuvent subir une croissance réduite, des dommages à la reproduction et d’autres effets néfastes lorsqu’ils sont exposés au pétrole.

Les poissons sont diminués en nombre et en taille 

Harrison Kasaija, un pêcheur sur le site de débarquement de Kaiso, craint qu’un déversement de pétrole n’entraîne la mort massive de la vie aquatique, entraînant une perte de nourriture et de revenus pour la communauté. Selon Kasaija, la communauté de pêcheurs pense que les activités pétrolières près du lac ont chassé les poissons.

Alice Kazimura, la directrice exécutive de Kakindo Integrated Women Development Agency (KAWIDA), une ONG de Buliisa, dit que, parce que de nombreux puits de pétrole sont près du lac, les habitants soupçonnent que les activités pétrolières sont à l’origine de la perte de poisson.

Elle et d’autres résidents pensent que du pétrole s’est peut-être déjà répandu dans le lac lors de la construction des sites de forage.

« Nous nous demandons sans cesse pourquoi les poissons ont diminué lorsque les activités pétrolières sont à la vitesse supérieure », explique Kazimura à InfoNile. « Ils n’arrêtent pas de nous dire que le poisson a diminué en raison de mauvaises méthodes de pêche, mais ces méthodes sont celles que nous utilisons depuis des lustres sans que le poisson ne se raréfie.

Menaces pour l’accès à l’eau

Judith Mbabazi, résidente du sous-comté de Ngwedo à Buliisa, cultive depuis des années des cultures et fait paître les animaux du village de Kasenyi. Cette zone est délimitée pour accueillir une installation centrale de traitement pour le projet pétrolier Tilenga et plusieurs plates-formes de puits de pétrole.

« Avec le CPF, nous soupçonnons que la zone sera désormais clôturée et l’accès limité. Cela affectera notre accès au Nil pour l’eau, en particulier pour nos animaux. Les prochains points d’accès à l’eau sont loin », dit-elle à InfoNile.

Ibrahim Okoki, un habitant du village d’Uduku Two dans le sous-comté de Ngwendo, dit qu’avec les projets pétroliers en cours, ils ne sont plus autorisés à paître au bord du lac. Les résidents soupçonnent que lorsque le forage commencera, ils seront coupés des points d’accès à l’eau cruciaux.

Selon Alice Kazimura de l’organisation des femmes de Kakindo, les femmes et les enfants sont particulièrement accablés par ces restrictions, car ce sont eux qui marchent pendant des heures pour aller chercher de l’eau.

Problèmes au-delà de l’eau  

Une vue aérienne près du   Centre commercial de Buliisa

 L’accès à l’eau et la santé des écosystèmes sont sans aucun doute des questions cruciales concernant le lac Albert. Mais pour les habitants de Buliisa, la compensation foncière est une question plus urgente. Buliisa se situe dans la zone de délimitation du projet pétrolier de Tilenga qui sera développée par le géant français de l’énergie, Total. D’autres sociétés pétrolières, la société britannique Tullow et la Chinese National Offshore Oil Corporation Limited, sont sur le point de poursuivre des projets pétroliers massifs dans la région environnante.

La zone du projet Tilenga est divisée entre les rives nord et sud du Nil, qui comprend des zones écologiquement sensibles telles que le parc national protégé de Murchison Falls dans le site Ramsar du système de zones humides du delta d’Albert, qui est une zone humide désignée d’importance internationale sous la Convention de Ramsar, un traité intergouvernemental établi en 1971.

Selon le gouvernement, 419 puits seront forés à partir de 34 emplacements de puits de forage dans le projet Tilenga. Un réseau de 180 kilomètres de pipelines enfouis, certains passant sous le Nil, collectera le pétrole produit à partir de chaque plate-forme de puits et le transportera vers l’affinerie centrale située à la périphérie du parc national de Murchison Falls dans le sous-comté de Ngwedo, district de Buliisa. Depuis le CPF, l’huile traitée sera acheminée vers le pipeline d’alimentation de Tilenga.

infrastructure pétrolière sur la rive du lac Albert 

Les infrastructures pétrolières construites par Total, ses partenaires et le gouvernement comprendront une raffinerie, un aéroport, un système de captage d’eau pour récolter l’eau du lac Albert pour les besoins des puits de pétrole, des routes nouvelles et modernisées et d’autres installations de gestion du pétrole.

La plus grande infrastructure de toutes, un oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est (EACOP) de 1445 kilomètres de long et 24 pouces de diamètre, transportera du pétrole brut sous terre de Kabaale, dans le district de Hoima en Ouganda, à l’océan Indien dans la péninsule de Chongoleani, près du port de Tanga en Tanzanie.

Il sera construit en partenariat avec Total, CNOOC Limited, la Tanzania Petroleum Development Corporation, propriété du gouvernement, et la compagnie pétrolière nationale de l’Ouganda, propriété du gouvernement. Une fois construit, ce sera le plus long pipeline chauffé électriquement au monde, traversant 178 villages en Ouganda et 231 en Tanzanie, ainsi que des systèmes écologiques biodiversifiés, des zones humides et des rivières qui sont des bassins versants pour le lac Victoria et le lac Albert.

Une étude menée par Oxfam entre 2018 et 2020 a mobilisé 520 membres de la communauté de 15 villages en Tanzanie et 691 membres de la communauté en Ouganda de 21 villages. Il estime qu’environ 3 400 à 3 700 ménages en Ouganda seront déplacés des zones prioritaires du projet et de l’emprise ou du chemin de l’EACOP. En Tanzanie, 425 ménages seront déplacés pour les zones prioritaires et 9 419 pour le pipeline.

Le plan d’action de réinstallation publié en septembre 2020 par Atacama Consulting pour le compte de Total indique que le projet Tilenga affectera environ 31 716 personnes, principalement celles du district de Buliisa, où 27% de la population sera touchée.

Environ 3 400 à 3 700 ménages en Ouganda seront déplacés par le pipeline. En Tanzanie, 425 ménages seront déplacés pour les zones prioritaires et 9 419 pour le pipeline.

    OXFAM 2018-2020

Les habitants de Buliisa touchés par les projets de construction crient au scandale. « Tout d’abord, les taux d’indemnisation sont trop bas pour nos parcelles de terre », explique William Bamuturaki, une personne affectée par le projet. Il fait référence à 3,5 millions de shillings ougandais par acre de terre, ce qui équivaut à environ 970 USD.

« Cet argent ne peut pas nous permettre d’obtenir un autre terrain de la même taille dans les zones voisines ou dans d’autres districts », explique-t-il à InfoNile.

Les familles ne peuvent plus profiter de leur récolte habituelle et ont peu de moyens pour trouver des sources de nourriture alternatives. Les enfants ont abandonné l’école car les parents n’avaient pas les moyens financiers à payer les frais de scolarité, avant même que la pandémie de coronavirus n’oblige les écoles à fermer. Même l’accès aux soins de santé a été perturbé.

Routes en cours de construction sur le chemin de Hoima au district de Buliisa

Ibrahim Okoki, un habitant du village d’Uduku Two, dit qu’en plus d’une maigre compensation, les paiements sont retardés, bloquant les résidents à qui on a dit de ne pas cultiver leurs terres avant de recevoir une compensation. Selon un rapport publié en octobre par l’ONG française Les Amis de la Terre (Amis de la Terre) et Survie (Survie), les familles sont intimidées et contraintes d’abandonner leurs terres.

« Le pétrole se révèle être une malédiction pour des centaines de personnes dans le district de Buliisa », dit Alice Kazimura, ajoutant que le processus d’acquisition de terres par le gouvernement a ruiné de nombreuses vies. « Le gouvernement et les compagnies pétrolières doivent être à l’écoute des préoccupations des gens, impliquer différentes parties prenantes comme les organisations de la société civile dans différents projets, améliorer la communication avec les parties prenantes mais aussi améliorer la rapidité du paiement des compensations », dit-elle.

Maxwell Atuhura, de Navigators of Development Association (NAVODA), une ONG travaillant dans la région, dit que des problèmes tels que la faible évaluation des terres, l’évaluation des cultures incertaine, les paiements d’indemnisation retardés, l’intimidation des résidents, l’empêchement des gens d’utiliser leurs terres avant l’indemnisation, et d’autres graves violations des droits de l’homme doivent être combattues.

Une villa près de Buliisa 

Kayongo de Total confirme que l’entreprise a reçu des plaintes de personnes concernant les taux d’indemnisation, mais déclare : « Les tarifs fonciers sont basés sur les tarifs fonciers du marché en vigueur dans la région », bien que l’étude des Amis de la Terre ait révélé que ces tarifs étaient parfois calculés des années avant le paiement effectif. Elle explique que l’entreprise est disposée à engager un dialogue avec les communautés et d’autres parties prenantes pour résoudre les problèmes en suspens en matière de rémunération.

Total a promis de fournir aux personnes déplacées soit des maisons et des terres de remplacement à une valeur égale ou supérieure à ce qu’elles possèdent, soit une compensation en espèces «au coût de remplacement complet », selon les plans d’action de réinstallation de la société.

Cependant, dans le premier plan de réinstallation, certains résidents n’avaient pas le choix du type d’indemnisation à recevoir et se plaignaient de recevoir une indemnisation des années plus tard, selon Les Amis de la Terre.

Alors que la phase de mise en œuvre de la première zone de réinstallation (PAR 1) a commencé le 15 janvier 2018, selon Total, les premières maisons de réinstallation ont finalement été construites et remises à 29 résidents trois ans plus tard, le 1er février 2021.

Dépenses totales prévues pour la réinstallation

La société prévoyait de dépenser 22,9 millions USD (83,7 milliards UGX) pour réinstaller 4591 ménages attendus des six zones de réinstallation (« PAR ») des districts de Buliisa, Hoima et Kikuube, avec environ 45% des fonds destinés à la construction de maisons de remplacement pour les gens plutôt que de leur donner de l’argent. Mais les enquêtes ont révélé une action retardée pour ces promesses.

Compensation en espèces        construction de maisons de remplacement 

Les mesures d’atténuation du gouvernement ougandais

Un hippopotame dans le parc Murchisson Falls, où les activités pétrolières   peuvent affecter l’écosystème 

L’Autorité nationale de gestion de l’environnement (NEMA), une agence gouvernementale responsable des questions liées à l’environnement naturel et à la politique environnementale en Ouganda, a rédigé le National Environment Oil Spill Prevention, Control, and Management Régulations) en 2014, établissant des réglementations pour le traitement du pétrole. Déversements et autres substances nocives dans les installations industrielles, les terres et les eaux de l’Ouganda.

Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques, un déversement d’hydrocarbures est « du pétrole, déversé accidentellement ou intentionnellement, qui flotte à la surface des plans d’eau en tant que masse distincte et est transporté par le vent, les courants et les marées ». Les déversements d’hydrocarbures sont préjudiciables aux écosystèmes aquatiques mais peuvent être partiellement contrôlés par des moyens chimiques ou mécaniques.

Parmi les autres mesures préventives de l’Ouganda figurent la loi nationale sur l’environnement, Cap 153 et le règlement sur l’évaluation de l’impact sur l’environnement de 1998, qui nécessitent un rapport d’évaluation de l’impact environnemental et social pour faire respecter certaines normes environnementales.

Cette évaluation du projet pétrolier Tilenga évalue les risques environnementaux et sociaux, propose des plans appelés « mesures d’atténuation », classés sous biodiversité, environnement physique, communautés et préparation aux situations d’urgence, pour minimiser les impacts et compenser les communautés et les environnements impactés.

Un exemple est le plan de restauration du site, dans lequel Total promet que les sites touchés seront surveillés pour la croissance de la végétation, les problèmes d’érosion et les espèces envahissantes pour s’assurer que ces sites sont « efficacement restaurés ». Des pépinières seront créées pour fournir du matériel végétal tel que des graines et des espèces herbacées communes pour la restauration des sites touchés et le remplacement des arbres tombés. Pour accompagner cela, un plan de gestion des espèces exotiques / envahissantes fondé sur les risques sera mis en œuvre.

Les plans pour faire face aux risques sociaux comprennent une stratégie de gestion des flux pour faire face à un afflux de travailleurs et maximiser les avantages pour les communautés locales. La stratégie, impliquant une coordination entre le projet Tilenga, le gouvernement, d’autres promoteurs, les communautés locales et la société civile, cherchera à fournir des sources alternatives de carburant, de matériaux de construction, de terres agricoles et de nourriture.

L’évaluation indique que les plans d’action de réinstallation (PAR) comprendront la restauration des moyens de subsistance, des options pour des moyens de subsistance alternatifs et des programmes de diversification des revenus pour atténuer la dépendance des communautés aux ressources naturelles et aux aires protégées.

Le projet pétrolier et l’oléoduc causeront des dommages irréversibles à des écosystèmes fragiles et riches en biodiversité, notamment le parc national de Murchison Falls, le lac Albert – qui contient 30 pour cent des stocks de poissons de l’Ouganda – le Nil, la réserve forestière de Taala, la forêt de Bugoma et le lac Victoria, avant de traverser des centaines de kilomètres d’habitats d’éléphants, de zones humides, de parcs à gibier et enfin de récifs coralliens en Tanzanie.

Les Amis de la Terre, octobre 2020

    

Murchison Falls – Système de zones humides du delta Albert Le site Ramsar est considéré comme très sensible, avec des impacts potentiels tels que la perte d’habitat, le déclin de la population d’animaux sauvages, les perturbations causées par un afflux de travailleurs et l’infrastructure créant des obstacles au mouvement de la faune. Cependant, l’étude d’impact indique qu’en suivant les plans d’atténuation, les impacts résiduels du projet pétrolier Tilenga seront faibles ou insignifiants.

« Dans l’ensemble, le projet doit être considéré comme un tout et être déterminé en fonction de la vaste gamme d’avantages qu’il apportera au pays, qui l’emporteront largement sur les impacts négatifs localisés à court terme », conclut l’étude d’impact environnemental et social.

Le rapport se termine en énonçant la possibilité de nombreux avantages, notamment « … des impacts sociaux, sanitaires, culturels et archéologiques » et « … une croissance économique accélérée, la création d’emplois, une réduction de la pauvreté et une prospérité générale pour la population ougandaise ».

Les rives du lac Albert ont étendu leur couverture végétale en raison des inondations

Cependant, le rapport d’Octobre des Amis de la Terre conteste cette évaluation, affirmant que le projet pétrolier et l’oléoduc causeront des dommages irréversibles à des écosystèmes fragiles et riches en biodiversité, y compris le parc national de Murchison Falls, le lac Albert – qui contient 30 pour cent des stocks de poissons de l’Ouganda – le Le Nil, la réserve forestière de Taala, la forêt de Bugoma et le lac Victoria, avant de traverser des centaines de kilomètres d’habitats d’éléphants, de zones humides, de parcs à gibier et enfin de récifs coralliens en Tanzanie.

Ces zones seront sujettes à des « fouilles extensives », des déversements, des fumées et des rejets d’eaux usées, selon le rapport. La nature du forage et de la production pétrolière aggrave également le changement climatique.

L’étude d’impact environnemental et social du projet pétrolier de Tilenga a été approuvée par le gouvernement le 15 avril 2019 pour une période de 10 ans. Cependant, l’opposition a rapidement suivi.

Dickens Kamugisha, fondateur de l’ONG Africa Institute for Energy Governance (AFIEGO), déclare qu’AFIEGO a déposé une plainte devant la Haute Cour d’Ouganda en mai 2019 pour contester l’approbation de l’évaluation en affirmant qu’AFIEGO et d’autres parties prenantes publiques n’étaient pas suffisamment en mesure de s’exprimer. Leur position sur les impacts environnementaux et sociaux du projet. Le procureur général a demandé à la Cour de rejeter l’affaire pour défaut de fond.

Kamugisha affirme que Total et le gouvernement ont déjà commencé à mettre en œuvre les plans d’action de réinstallation pour réinstaller les communautés et indemniser les personnes affectées par le projet en prévision de la décision finale d’investissement cruciale.

Terrain à acquérir par Total pour le forage pétrolier dans les districts de Buliisa et Hoima

Le long du lac Albert dans les districts de Buliisa et Hoima (dans les comtés de Buliisa et Bugahya, encadrés en rouge), 24 paroisses céderont 2 536 acres de terrain au projet de forage pétrolier Total Tilenga. Selon l’entreprise, 4 591 personnes de ces régions doivent être déplacées et indemnisées.

L’évaluation d’impact du projet EACOP a été menée entre 2017 et 2018, collectant également des données environnementales, sociales et sanitaires pour concevoir des mesures d’atténuation et améliorer les avantages pour les communautés. Les communautés affectées par le projet dans 10 districts traversés par le gazoduc ont participé à trois auditions publiques en 2019 avec l’Autorité pétrolière ougandaise pour comprendre les préoccupations de la communauté concernant l’EACOP.

La section tanzanienne a été approuvée par la Tanzanie le 29 novembre 2019. Le 3 décembre de cette année, l’approbation par la NEMA de l’étude d’impact du projet EACOP dans la section ougandaise signifie que le projet a été approuvé sur toute sa longueur, apportant une étape aux développements pétroliers. Plus proche de la décision finale d’investissement et donc du lancement officiel.

« Le projet de pipeline de pétrole brut en Afrique de l’Est générera des investissements directs étrangers importants en Ouganda et en Tanzanie pendant la phase de construction », indique le communiqué de presse de la NEMA.

Yusuf Masaba, responsable de la communication de la PAU, déclare que le gouvernement est déterminé à faire en sorte que les garanties définies par l’évaluation soient respectées. « Le gouvernement veut assurer une exploitation durable du pétrole, car cette ressource est limitée mais les ressources en eau et l’environnement resteront après le pétrole », a déclaré Masaba à InfoNile.

Dans la région écologiquement sensible d’Albertine, une marée noire serait un cauchemar pour le pays, le bassin du Nil et le monde. Les efforts du gouvernement pour atténuer les impacts seront-ils suffisants ?

La réponse du Total 

La gare routière du centre-ville de Hoima avec l’une de ses fréquentes tempêtes de pluie se préparant au loin

La loi ougandaise de 1965 sur l’acquisition de terres justifie l’acquisition obligatoire de terres à des « fins publiques », en déclarant qu’une compensation équitable sera prévue pour de tels cas. En Ouganda, l’évaluateur en chef du gouvernement et les conseils fonciers de district fixent les valeurs des terres et des aménagements y afférents, comme les cultures et les infrastructures. La détermination de ces valeurs a souvent été remise en question par les personnes déplacées, y compris les habitants de Buliisa et de toute la région pétrolière en Ouganda.

Les communautés de Buliisa et de toute la région albertine riche en pétrole restent dans l’incertitude sans compensation adéquate, ce qui a été exaspérant pour beaucoup et menaçant la vie de certains, car les personnes affectées par le projet perdent leur mode de vie normal.

Anita Kayongo, responsable de la communication d’entreprise chez Total E&P Ouganda, explique à InfoNile que l’indemnisation n’a été adressée que pour les personnes retirées de la zone industrielle où sera située l’affinerie centrale. Les personnes déplacées par la construction de routes en cours n’ont pas été incluses pour compenser, ce qui, selon Kayongo, relève de la responsabilité de l’Autorité nationale ougandaise des routes sous le gouvernement de l’Ouganda.

Neuf des 622 personnes concernées ont refusé l’indemnisation, estimant que l’indemnisation était insuffisante. Les fonds pour ces neuf » . . . ont été déposés sur un compte dédié dans l’attente d’une décision judiciaire », explique-t-elle. Kayongo déclare que l’entreprise s’est engagée à garantir les normes les plus élevées en matière de droits humains.

Les habitants de la rive du lac Albert qui seraient les plus affecte par les activités pétrolières 

En ce qui concerne les déversements d’hydrocarbures, Kayongo déclare que la priorité absolue de l’entreprise est de les prévenir grâce à des «pratiques industrielles internationales», qui consistent à fournir un endiguement  secondaire pour les installations de stockage, à surveiller régulièrement le contenu des réservoirs pour détecter les signes de fuite, à installer des systèmes de drainage avec des bassins de rétention et des intercepteurs d’hydrocarbures, et enterrer tous les pipelines pour minimiser les dommages accidentels.

Elle ajoute : « La société élabore également sa stratégie d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures à plusieurs niveaux… en consultation avec l’Autorité pétrolière ougandaise et d’autres opérateurs pétroliers et gaziers pour assurer l’alignement complet sur les exigences réglementaires et le plan national d’urgence en cas de déversement d’hydrocarbures. »

« Le projet du lac Albert est d’une importance stratégique clé pour Total Group, et avec nos partenaires et le gouvernement, nous avons fait des progrès louables vers l’objectif ultime de parvenir à la décision finale d’investissement d’ici la fin de 2020 », conclut la déclaration de Total E&P Ouganda à InfoNile.

Selon Kayongo, l’ensemble du projet du lac Albert, y compris les projets Tilenga, EACOP et Kingfisher, nécessitera un investissement en capital de plus de 10 milliards de dollars, dont une partie sera dépensée localement sous forme d’impôts et de biens et services locaux. Elle affirme que le projet créera également environ 13 000 emplois directs, 150 000 emplois indirects, de nouvelles infrastructures et des avantages économiques globaux.

Mais pour qui exactement ? 

La société civile riposte? 

Photo : Les femmes de Buliisa ont exprimé des doléances affectant les moyens de subsistance de leurs familles

Des groupes de défense des droits humains en Ouganda, dont AFIEGO, NAVODA et KAWIDA, contredisent les affirmations que Total et le gouvernement ont faites pour protéger la poursuite des projets pétroliers.

Avec le soutien de l’Institut africain pour la gouvernance de l’énergie (AFIEGO) en mars 2014, les personnes touchées par la raffinerie de pétrole ont porté plainte contre le gouvernement devant la Haute Cour de Kampala, division civile, à la suite de l’acquisition de leurs terres par le gouvernement en 2012.

Un communiqué de presse du groupe de défense indique que le gouvernement commettait des injustices telles que des retards de paiement et une indemnisation injuste pour les personnes déplacées. Les droits des communautés à l’alimentation, à l’éducation et à l’accès à l’eau potable ont été affectés par l’acquisition de terres par le gouvernement.

L’affaire est toujours en cours jusqu’à présent. Les allégations selon lesquelles les personnes recevaient une compensation inadéquate sur la base des taux de 2010 et 2011 ont été ajoutées à la liste des plaintes.

31 716 personnes sont représentées par les 4 963 « PAP », officiellement « personne affectée par le projet », qui recevront une compensation. Chaque PAP, qui représente un ménage, est généralement composé de 7 ou 8 personnes, selon le deuxième rapport sur les zones de réinstallation et les calculs des Amis de la Terre. Cela signifie que l’indemnisation est souvent partagée entre plusieurs personnes touchées. Total n’a pas fourni d’informations spécifiques sur le nombre d’individus représentés par chaque PAP.

Le 10 décembre 2020, les personnes touchées s’attendaient à ce que leur audience ait lieu devant la Haute Cour de Kampala, division civile. Ils voulaient que le tribunal déclare que le processus d’indemnisation des raffineries de pétrole mené par le gouvernement violait l’article 26 de la Constitution ougandaise de 1995.

Ils voulaient que le tribunal confirme que cela avait entraîné une indemnisation retardée et injuste; déclarons que l’utilisation de dates butoirs qui empêchent les personnes affectées d’utiliser leurs terres pour de nouveaux développements avant que l’indemnisation soit inconstitutionnelle; ordonner au gouvernement de payer une juste compensation; et ordonner au gouvernement d’élaborer des règlements conformément à l’article 20 de la loi de 1965 sur l’acquisition des terres pour empêcher une indemnisation retardée et injuste qui s’est produite en partie en raison de l’absence de telles réglementations.

Bien que les gens se soient présentés, aucune audience n’a eu lieu parce que le juge a prétendu être malade, selon Kamugisha. AFIEGO travaille à fixer de nouvelles dates d’audience au tribunal.

Groupes vulnérables

Environ la moitié des 31 716 personnes qui seront déplacées par le projet pétrolier de Tilenga dans les cinq zones de réinstallation (« PAR ») sont classées comme potentiellement vulnérables. Dans le premier groupe, qui a déjà commencé à être déplacé, 72% sont potentiellement vulnérables.

Les groupes vulnérables comprennent les personnes âgées dirigées, les ménages dominés par les personnes âgées, les femmes ou les enfants, les orphelins, les ménages avec des membres vivant avec un handicap ou des problèmes de santé graves, la plupart des personnes à charge n’ayant pas l’âge légal de travailler, les ménages considérés comme “ pauvres ” et d’autres groupes, notamment les ménages sans terre, bergers et immigrés sans papiers.

Un groupe d’organisations françaises et ougandaises sollicite une décision de justice en vertu de la nouvelle loi française sur le devoir de vigilance qui obligerait Total à divulguer et à mettre en œuvre efficacement ses plans pour faire face aux impacts négatifs des activités pétrolières. Le groupe comprend Les Amis de la Terre en France (Amis de la Terre), Survie (Survie), AFIEGO, Civic Response on Environment and Development (CRED), National Association of Professional Environmentalists (NAPE) / Friends of the Earth Uganda, et NAVODA.

« C’est le seul instrument dont nous disposons pour forcer Total à arrêter les violations sur le terrain », déclare Thomas Bart, militant chez Survie. Bart dit que sans ce minimum légal, les violations des droits humains continueront, « car les engagements volontaires et les déclarations de bonne volonté se sont déjà avérés inutiles », conclut-il.

Le 10 décembre, la cour d’appel de Versailles s’est prononcée en faveur de Total, jugeant que ce litige relevait de la compétence du tribunal de commerce et non du tribunal civil. La crainte est que les tribunaux de commerce aient tendance à se ranger du côté de Total, et à considérer l’affaire comme « un litige purement commercial relatif à la gestion interne de l’entreprise » plutôt que d’affecter des tiers comme les collectivités locales et l’environnement.

« Nous sommes stupéfaits par cette décision de la cour d’appel de Versailles. À notre avis, confier des affaires fondées sur le devoir de vigilance aux tribunaux de commerce est une mauvaise interprétation du droit français, qui conduit à ignorer l’objectif central de cette loi : protéger les droits de l’homme et l’environnement », déclare Juliette Renaud, senior militant aux Amis de la Terre, dans un communiqué de presse.

Ils envisagent de faire appel auprès de la plus haute juridiction de France, la Cour de cassation. Non loin de là en RDC, Total a abandonné ses projets de forage pétrolier dans le parc national des Virunga en raison du refoulement, preuve que la mobilisation de la société civile fonctionne.

« Il est inacceptable que la même société transnationale lance un projet similaire au même moment en Ouganda, juste de l’autre côté de la frontière », déclarent Survie et Les Amis de la Terre.

Hoima est une ville qui est au centre d’activités du district de Hoima 

La société civile a également adopté des plateformes en ligne. Une pétition en ligne hébergée sur Avaaz intitulée « Stop this Total madness » déclare : « Au PDG de Total Patrick Pouyanné et à tous les soutiens du projet EACOP : En tant que citoyens du monde, nous vous appelons de toute urgence à annuler l’oléoduc est-africain et à arrêter le forage dans les parcs nationaux. Vos plans menacent de détruire de précieux points chauds de biodiversité et des habitats fauniques en Ouganda et en Tanzanie, déplaçant des dizaines de milliers d’agriculteurs. Ce projet porte gravement atteinte à votre engagement envers l’Accord de Paris et à devenir « neutre en carbone ». Nous vous exhortons à aligner votre entreprise sur les valeurs que vous proclamez publiquement. » Il a reçu plus d’un million de signatures.

Maxwell Atuhura estime qu’il faut plus que les évaluations d’impact et les plans d’atténuation rédigés par les compagnies pétrolières et le gouvernement.

« Les compagnies pétrolières et le gouvernement ne peuvent à eux seuls résoudre ces problèmes à la satisfaction des résidents. Ma proposition est de faire en sorte que les organisations de la société civile et les dirigeants locaux fassent partie des comités de traitement des plaintes afin de garantir que les intérêts de la communauté sont correctement représentés et que les préoccupations sont prises en compte », dit-il.

Alice Kazimura plaide pour l’autonomisation de sa communauté dans le district de Buliisa en apprenant leurs droits.

« Les gens doivent être bien informés, car nous ne voulons pas être pris comme des vaches dans la brousse. [Mais] en cas d’échec, où peuvent-ils aller ? [Le] gouvernement devrait également se manifester et parler pour nous. Ils devraient être la voix des communautés », dit-elle. Alice continue de diriger l’Agence de développement intégré des femmes de Kakindo à Buliisa, sensibilisant les communautés, en particulier les femmes, sur la façon de résister à l’exploitation mais aussi de profiter des opportunités si l’exploitation pétrolière s’ensuit.

Cette histoire a été produite en partenariat avec InfoNile avec le soutien de Code for Africa et un financement de la Fondation JRS pour la biodiversité. Édition, reportage supplémentaires,

analyse des données et visualisations par Annika McGinnis. Graphiques de Jonathan Kabugo et Sakina Salem.

Cette histoire a été diffusée pour la première fois sous forme de reportage télévisé sur Smart 24 TV.